Inquiétants Frères Musulmans

             Inquiétants Frères Musulmans

Publication au: L’Union de Reims.

03/04/2015  

Terrorist

En partant de l’exemple égyptien, Chérif Amir veut nous mettre en garde contre la confrérie.

Des rêves de califat mondial
Dans un livre, l’Égyptien Chérif Amir fait des révélations sur les Frères musulmans. Le mouvement poursuivrait des rêves de conquête islamique jusque dans nos quartiers.

Chérif Amir, Egyptien, vient de sortir un livre intitulé « Histoire secrète des Frères Musulmans »
Docteur en géopolitique de l’Université Paris VIII, il est spécialiste de l’impact des religions sur les conflits armés au Moyen-Orient En janvier 2012, il est venu donner une conférence à Reims sur les coptes d’Egypte

L’ESSENTIEL
Le mouvement des Frères Musulmans a été créé en 1928 en Égypte à l’initiative de Hassan El-Banna. Il a pour objectif de recréer le califat islamique disparu en 1923 et de soumettre le monde à un islam régi par la charia. Sa lutte est officiellement non violente. Chérif Amir écrit qu’il est à l’origine des principaux mouvements terroristes qu’il soutient secrètement.
La nébuleuse des Frères musulmans serait coordonnée par la Muslim Association of Britain de Londres, s’appuyant sur la banque Al-Taqwa. L’État du Qatar est son principal soutien international. En France, la confrérie est réputée présente à travers les différentes structures et mosquées mais ceux qui en font partie ne le révèlent pas.
Le livre de Chérif Amir est publié aux éditions Ellipses,
21 euros, 236 pages.

Des rêves de califat mondial

Le mouvement des Frères Musulmans a été créé en 1928 en Égypte à l’initiative de Hassan El-Banna. Il a pour objectif de recréer le califat islamique disparu en 1923 et de soumettre le monde à un islam régi par la charia. Sa lutte est officiellement non violente. Chérif Amir écrit qu’il est à l’origine des principaux mouvements terroristes qu’il soutient secrètement.
La nébuleuse des Frères musulmans serait coordonnée par la Muslim Association of Britain de Londres, s’appuyant sur la banque Al-Taqwa. L’État du Qatar est son principal soutien international. En France, la confrérie est réputée présente à travers les différentes structures et mosquées mais ceux qui en font partie ne le révèlent pas.
Le livre de Chérif Amir est publié aux éditions Ellipses,
21 euros, 236 pages.

Passionnant comme un roman, scientifique comme un ouvrage d’historien, Chérif Amir lève le voile sur les Frères Musulmans.

Qui sont-ils vraiment, quel est leur but en France et ailleurs et comment les Égyptiens ont échappé à leur joug sans le soutien de l’Europe et des États-Unis. « L’Histoire secrète des frères Musulmans » permet de mieux comprendre le Moyen-Orient, mais aussi le discours d’une partie des jeunes dans nos cités.
Votre livre est inquiétant. Vous présentez le mouvement desFrères Musulmans, né en Égypte, comme le père de l’islamisme radical violent dont émanent des mouvements comme Al Quaida, le Hamas ou encore Daesh. Ils ont pour objectif d’installer un califat islamique partout ils se trouvent. 

Pourquoi alors des pays comme la France ou la Grande-Bretagne enfont des interlocuteurs respectables ?
C’est un problème qui persiste jusqu’à nos jours. Les spécialistes et beaucoup de décideurs ont considéré que la confrérie était la seule organisation structurée capable de gérer des régions réputées instables au Moyen-Orient. De plus, nombre de chercheurs ont cru que les peuples musulmans souhaitaient être régentés par la religion. C’est de l’ignorance. L’Égypte vient de leur prouver le contraire. Enfin, il y a une part de manipulation efficace de la part des Frères Musulmans.

Vous dénoncez leur duplicité, avec une façade politiquement correcte et des encouragements au Jihad en coulisse. Comment une démocratie comme la nôtre peutelle lutter contre cela ?

Pour lutter, il faut avoir un débat sur l’identité française, parler aux jeunes et leur dire qu’il ne doit pas y avoir de confusion entre leur identité religieuse et leur identité française. C’est le rôle des médias, de l’école, il faut trouver des enseignants capables de parler de cela.

N’est-ce pas trop tard ?

Oui, un peu mais l’État doit réagir et être fortement présent dans les quartiers. Il doit financer et ne pas laisser des pays comme le Qatar, principal soutien des Frères Musulmans, investir à sa place.

Faut-il rompre avec le Qatar au motif qu’il soutient de loin ou de près des mouvements terroristes ?

Il faut que tous les projets du Qatar passent sous le microscope de l’État français. Il faut une volonté politique sur le sujet.

Les Frères Musulmans tiennent ils les mosquées en France via des mouvements comme les JMF (Jeunes musulmans de France) ou encore l’UOIF (Union des organisations islamistes de France) ?

Oui, ils tiennent certaines mosquées. Faire un conseil communautaire des musulmans de France ne servira à rien s’il est composé de Frères Musulmans. Il faut bien comprendre qu’ils ont un double discours. Ils ont un discours en français en faveur de l’identité et un autre en arabe destiné à faire barrage à l’intégration.

Ce double discours se retrouve chez Tariq Ramadan, petit fils du fondateur de la confrérie. Ont-ils une stratégie de conquête en France ?

Voilà ce qu’ils disent : « Ils ont la démocratie, nous avons la démographie». Plusieurs étapes sont prévues. La prochaine sera de se lancer en politique. Lors de ces dernières départementales, un candidat d’extrême gauche à Nîmes a adopté leur symbole. C’est un début.

Dans votre livre, vous soulignez leur attirance pour l’extrême droite et même le nazisme. Ont-ils aujourd’hui des liens avec l’extrême droite et notamment le Front National ?

Le livre le Protocole des sages de Sion est vendu dans les deux librairies ! L’antisémitisme les réunit, c’est ce qui déjà avait réuni Hitler avec les leaders islamiques à l’époque. Ils ont aussi des intérêts communs. Plus les frères musulmans sont présents et inquiètent, plus le FN monte.

Vous évoquez un bureau des Frères Musulmans en Europe, où se trouve-t-il ?

Ils ne déclarent jamais où sont leurs sièges mais c’est vraisemblablement en Turquie. Le président Erdogan
est un Frère Musulman. Quant aux pères spirituels du mouvement, ils se trouvent à Londres. Pour des
raisons d’influence politique et des raisons financières, la Grande-Bretagneles a toujours acceptés.

Et Obama ? Quand vous décrivez la « libération » de L’Égypte, vous révélez le rôle de l’administration américaine en faveur de la confrérie, et notamment celui de celui de l’ambassadrice au Caire Anne Patterson. Pourquoi ce soutien ?

Obama est de culture américaine mais avec une tradition familiale musulmane. Il est convaincu que les Frères Musulmans sont des interlocuteurs dans le chaos du Moyen Orient. Son ambassadrice au Caire Anne Paterson a poussé la confrérie à prendre le pouvoir en Égypte après ce qu’on a appelé un peu trop vite le « Printemps arabe ». L’histoire a montré qu’elle a fait le malheur des Égyptiens. Le président actuel Abdel Fattah al-Sissi a demandé et obtenu son renvoi mais, au lieu d’être désavouée, elle est devenue responsable du bureau du Moyen Orient au département d’État !

Ne peut-on être un peu optimiste?

L’Égypte a réussi à se débarrasser des Frères Musulmans, l’Europe finira bien par ouvrir les yeux. En effet, on peut être optimiste. La structure des Frères Musulmans est en train de se fragiliser sur le plan international. Le président Égyptien joue un rôle important dans ce revirement. Le congrès américain prend conscience de la réalité. L’Europe devrait suivre. Il nous reste deux dangers à éviter : les attentas et la revendication des droits politiques, qui ne devrait pas tarder.
Propos receuillis par Catherine FREY

Print Friendly, PDF & Email
0 Comments

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CONTACT US

In order to contact me, thanks to fill the form below.

Sending

©2019 Dr. Chérif Amir

Log in with your credentials

Forgot your details?