Elections tunisiennes (2)

L’élection d’Essebsi serait un facteur déterminant dans la résolution du conflit libyen

Publication au: Le Temps d’Algérie :

24 /11/2014

Entretien avec Chérif AMIR

Chérif Amir, chercheur égyptien, docteur en géopolitique à l’université Paris-VIII,

L’Algérie et la Tunisie s’intéressent beaucoup à l’élection présidentielle en Tunisie, selon Chérif Amir, docteur égyptien en géostratégie à l’université Paris-VIII. Il dira que la Tunisie est un petit pays géographiquement et démographiquement, mais stratégiquement il représente beaucoup aux yeux des dirigeants de ces pays. «Comme je vous l’ai déjà dit, le parti Ennahda soutient dans les coulisses le candidat Marzouki, qui a boudé le président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi durant son discours lors de la conférence de l’Unité africaine en juin 2014 en Guinée équatoriale», note Cherif Amir. «Al-Sissi a rendu la monnaie à Marzouki en l’ignorant alors qu’il a salué les chefs d’Etat arabes et occidentaux durant la réunion de l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies à New York en septembre. Donc, un changement de président en Tunisie sera salutaire pour le Caire», ajoute-t-il. Notre interlocuteur établit un lien entre la situation en Tunisie et celle en Algérie, du point de vue sécuritaire, notamment en insistant sur l’importance de la stabilité dans chacun des deux pays. «Pour l’Algérie, je crois que la situation aux frontières reste très tendue avec les infiltrations des éléments islamistes du côté tunisien pour nuire à la sécurité de l’Algérie». «Je crois encore une fois que l’Algérie aura besoin, dans son combat contre le terrorisme, d’un voisin allié et déterminé à faire face à cette menace et cela aura lieu uniquement avec un changement de dirigeant en Tunisie», ajoute Cherif Amir. «Quant à la question syrienne, je ne crois pas que l’élection tunisienne aura un impact rapide et direct sur la crise actuelle quelque soit le résultat», estime-t-il, d’autre part.

«La Tunisie actuellement n’a pas de relations diplomatiques avec Damas, une attitude connue par les Frères musulmans et peut-être un changement d’attitude aurait lieu sous Essebsi, mais là aussi ça dépendra de la pression qu’exercerait l’Occident sur la prise de décision au palais de Carthage», explique-t-il. «La question la plus importante est l’impact qu’elle aura sur la Libye et je vous dit que l’arrivée au pouvoir d’Essebsi serait un facteur déterminant pour l’Algérie, l’Egypte et sur la situation en Libye, car la coopération sécuritaire entre Alger, Tunis et Le Caire pourrait aboutir à un changement radical à Tripoli qui défavoriserait les groupes islamistes en Libye ainsi que l’influence turque et qatarie dans ce pays sinistré», note Chérif Amir.

Propos receuillis par Mounir Abi.

Print Friendly, PDF & Email
0 Comments

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CONTACT US

In order to contact me, thanks to fill the form below.

Sending

©2019 Dr. Chérif Amir

Log in with your credentials

Forgot your details?